cultiver des arbres au sein des parcelles agricoles

AGROFORESTERIE

PAYSAGE et AGROFORESTERIE

ENJEUX

L'évolution des pratiques agricoles depuis l'après guerre, nous a conduit à une gestion de l'espace essentiellement sous l'angle de la production, caractérisée par une tendance forte vers l'uniformisation et l’homogénéisation. L'espace est réduit à une valorisation unique, celle de la production et perd peu à peu les atouts qui lui permettait de soutenir des usages multiples tels que la biodiversité, le tourisme, l'image, l'attraction etc...
Face aux nouvelles exigences de la société, pour un cadre de vie de qualité, l'agriculture est plus que jamais interpellée dans son rôle de gestionnaire des paysages. La vision et l'usage que l'on fait des paysages jouent un rôle majeur dans les dynamiques rurales actuelles (économies, modes de vies, démographie etc..) et offrent une porte d'entrée par laquelle le public pourrait apprécier les pratiques agricoles modernes et la qualité des aliments produits (« vin agroforestier », parcours de volailles, services écosystémiques liées aux pratiques de réduction des intrants et du travail du sol...). Pour autant, ces changements de vision qui accompagnent les changements de pratiques ne vont pas de soi, tant les modèles agricoles productiviste auront véhiculés au fil des années une certaine image du territoire chez les agriculteurs. Des études menées en Angleterre et aux Etats Unis1 ont montrées que la taille des champs, leur propreté, l'uniformisation des cultures, l'apport technologique et la mécanisation participe à une valorisation positive. Pour les agriculteurs, la campagne est avant tout un lieu de production et la valeur paysagère est mesurée sur cette base. Dans un tel modèle, la prise en compte de nouvelles dimensions environnementales ou paysagères, portées par notre société, est donc le plus souvent perçue comme une contrainte2.
L'enjeu est donc de taille ettouche tous les secteurs de notre société. Il nous faut dans cette problématique non pas chercher à reproduire des représentations de la campagne issue du passé mais bien d'inventer une organisation et une structuration des territoires alliant cadre de vie, multiplicité des usages et production. L'agroforesterie, par les bouleversements qu'elle amène à la fois dans la redéfinition des espaces et la production, a un rôle majeur à jouer dans ces changements en cours.

1Nassauer, J.I. et R. Westmacott, « Progressiveness among farmers as a factor in heterogeneity of farmed landscapes », dans Landscape heterogeneity and disturbance, Turner, M.G. (dir.), New-York, Springer-Verlag, 1987, p. 199-210 ; Deffontaines, J.P., C. Thenail et J. Baudry, « Agricultural systems and landscape patterns : how can we build a relationship ? », Landscape and Urban Planning, vol. 31, 1995, p. 3-10 ; Oreszczyn, S. et A. Lane, « The meaning of hedgerows in the English landscape : different stakeholder perspectives and the implications for future hedge management », Journal of Environmental Management, vol. 60, 2000, p. 101-118.
2Ruiz, J. et G. Domon (2005). Les paysages de l’agriculture en mutation. In : Poullaouec-Gonidec, P., Domon, G. et S. Paquette (Éds.). Paysages en perspective. Presses de l’université de Montréal, série « Paysages », Montréal, pp. 47-97.

QUESTIONS

  • Qu'est-ce qu'un paysage agroforestier et comment s'incrit-il dans nos sociétés ?
  • Comment notre sensibilité va-t-elle influer la construction de ce paysage agroforestier et son acceptation par les autres usagers ?
  • Comment aborder les problématiques du paysage avec l'ensemble des acteurs du territoires ?
  • Faut-il leur donner une valeur aux services rendus par les paysages ?
  • Comment accompagner les changements de visions nécessaires auprès du monde agricole et du monde citadin ?
  • Comment engager des échanges constructifs entre production, environnement et mode de vie ?