cultiver des arbres au sein des parcelles agricoles

AGROFORESTERIE

une agriculture inventive

Un modèle agricole performant...Intégrer les arbres au système agricole n'est pas une pratique nouvelle. Il y'a quelques dizaine d'années, elle constituait l'essentiel de l'agriculture.
L'essor technologique de l'après guerre porté par la nécessité de production alimentaire et un pétrole bon marché bouleversent ces pratiques. Ce bouleversement s'accompagne d'une spécialisation progressive des savoirs et des métiers. Les arbres sont retirés des systèmes de production et rejoignent la forêt, gérée désormais par les seuls forestiers. Les cultures reviennent aux agriculteurs. Elles deviennent mono-spécifiques, s’étendent sur de vastes surfaces, aidé en cela par une mécanisation toujours plus performante. La chimie, bon marché, et la génétique viennent en renfort et permettent de piloter des systèmes qui s'avèrent rapidement productifs. Agriculteurs, ingénieurs, chimistes et généticiens développent une agriculture nouvelle qui parvient à répondre avec succès aux défis alimentaire de l'après guerre.

...Mais, une machine qui s’emballe...Fort de ce succès la modernisation de l'agriculture se poursuit. Peu à peu de nouveaux acteurs entrent en jeux  et nos modes de vies changent  .  Une vie citadine, moins de temps et des besoins nouveaux  nous incite à une alimentation transformée, facile et rapide à préparer. En quelques années, les producteurs d'intrants et les industries agro-alimentaires dominent le marché. L'agriculture devient industrielle et se construit année après année sur un unique modèle productiviste.
Dans ce modèle, l'agronomie, la biodiversité, la vie des sol, la fertilité, et la production durable, respectueuse de l'environnement et de la santé ne fait pas partie du cahier des charges. La chimie, la génétique et l'ingénierie sauront répondre à l'ensemble des enjeux agricoles.

...Le retour de bâtonAujourd'hui, sur tout les territoires de l'ensemble de la planète, ces grandes agricultures productives voient leurs rendements plafonner et leurs marges diminuer. Nos modèles agricoles s'essoufflent et l'ensemble de la communauté scientifique s'accordent pour dire qu'ils doivent être revisités. Au réchauffement climatique, à l'épuisement des énergies fossiles, à l'incidence de la chimie sur l'environnement, la santé et la fertilité des terres, à l'érosion, la qualité de l'eau, la biodiversité... s'ajoutent de nouveaux impératifs de production: nourir 9 milliards d’humains d’ici 2050 (prévision 2011 ONU).